Pensées sur la course à pied

Here is a guest blog post from Noella Koussa, an industrial design student at the University of Montreal, who is soliciting ideas on running equipment and community. Please have a read and respond if you can.

Voici un blog invité de Noella Koussa, une étudiante en design industriel à l’Université de Montréal, qui sollicite des idées sur l’équipement et de la communauté de course à pied. S’il vous plaît faîtes la lecture et y répondre si possible.

La course à pied est un sport qui est facile d’accès et qui devient de plus en plus populaire. Le nombre de participants lors de courses organisées, où différentes épreuves peuvent être effectuées, augmente à chaque année. Plusieurs facteurs peuvent affecter les performances des coureurs tout au long de leur trajet, que ce soit de façon positive ou négative. Ce qui m’intéresse est de cibler les besoins d’un coureur afin d’obtenir de bonnes ou de meilleures performances lors de leurs épreuves. Afin de répondre à ce questionnement, j’aborderai différents enjeux qui se posent dans le contexte de la course à pied. Vos commentaires et opinions suite à votre lecture m’aideront à diriger mon projet final, dans le cadre de mon BAC en design industriel, à l’Université de Montréal.

Tout d’abord, lorsqu’un coureur se prépare pour courir, il est évident de constater qu’il doit se munir d’un équipement de base. Si je me fie à un entretien que j’ai effectué, les souliers de course semblent être l’élément clef pour pouvoir commencer. En tant que coureuse, je dois dire que je suis tout à fait en accord avec ce point qui est ressorti. De nos jours, il y a une panoplie de chaussures de course et choisir une paire de soulier pour un coureur est un grand défi puisque le soulier doit convenir à la morphologie de la personne. Chaque personne court différemment et a besoin d’un soulier qui s’adapte à ses besoins. Il est donc nécessaire et je dirai même, inévitable de se faire conseiller par un spécialiste sur place lorsqu’on en magasin pour s’acheter des souliers. Comment faire pour savoir si le vendeur est bel et bien un connaisseur et un spécialiste dans le domaine? Ça, c’est une autre histoire. Il faut donc s’assurer d’avoir la bonne paire de soulier dépendamment du sexe et de la taille de la personne, de la pronation et de l’arche du pied ainsi que de la surface de course. Il y a donc beaucoup de critères à considérer et rien ne nous garantis les résultats du choix du soulier. Il faut parfois beaucoup d’essais-erreurs afin d’avoir la bonne paire de chaussure. Ceci cause des dommages monétaires, mais le point le plus inquiétant pour tout coureur est le risque de blessure relié à un mauvais choix de soulier.

Aussi, pendant une course, surtout les courses de longues distances, le corps perd une quantité d’eau inhabituelle. Le coureur sue et dois remplacer les pertes émises par le corps. L’hydratation est donc nécessaire et primordiale tout au long de la course. La quantité de fluide varie selon différents facteurs mais certains nutritionnistes offrent des recommandations générales et de base. Les faits étant dits, c’est tout de même le choix du coureur d’amener de l’eau ou un fluide lors de sa course, ou pas. Certains coureurs sont capables de parcourir de longues distances sans s’hydrater et sont bien comme ça. D’autres, amènent une certaine quantité pour se ravitailler durant leur course. Il existe différentes alternatives pour transporter du liquide lors d’une course et plusieurs accessoires, produits et services ont été développés afin d’essayer de faciliter la tâche d’hydratation du coureur. Sommes-nous venu à point concernant cette problématique? Je pense personnellement qu’il y place à amélioration. Par exemple, en ce qui concerne les courses organisées, je trouve que les stations d’eau sont un obstacle à affronter en pleine course. Il faut non seulement se trouver une place pour pouvoir se procurer à boire en étant entouré de plusieurs coureurs, mais aussi s’assurer de ne pas s’enfarger dans les centaines de verres jetables à terre, sur notre chemin. De plus, une fois que l’on réussi à s’en sortir, vient le défi de boire en courant, tout en essayant de ne pas se faire attaquer par les verres que les gens autour de nous, jettent par terre. Certaines personnes préfèrent s’équiper afin de ne pas dépendre de ses stations d’eau mais trouver la meilleure façon de s’hydrater dépend de chaque personne et n’est pas toujours facile. Il faut encore une fois, essayer différentes options pour arriver à celle qui nous convient le mieux.

Enfin, un point moins technique et qui ne concerne pas l’équipement est l’enjeu social qui entoure la course à pied. Lorsque je cours dans la rue, que je croise un autre coureur, que je le salut et qu’il me salut en retour, je sais automatiquement qu’il est dans la communauté des coureurs. Ceux qui se comprennent, qui s’encouragent et qui se motivent entre eux sans même se connaître et sans nécessairement se dire un mot. C’est un sentiment d’appartenance à un groupe qui peut faire une différence lors de la pratique de la course. Si je n’ai plus envie de courir parce que je suis un peu fatigué, un tel geste peut faire toute une différence. Lors des épreuves, c’est la foule qui est incroyable. Le sentiment de voir des centaines de personnes sur des kilomètres et des kilomètres, en train d’encourager des coureurs, de les applaudir, de les motiver et de leur donner de l’énergie est indescriptible. Une simple pancarte et une phrase peuvent tout changer. Le mental joue beaucoup lors de la pratique de la course à pied et il faut absolument avoir une attitude positive pour aller au delà de nos buts. C’est donc pour ces raisons que j’accorde une importance majeure à cette sphère sociale qui fait partie du monde des coureurs. Elle peut selon moi, changer l’expérience de course de plusieurs coureurs.

Pour conclure, je tiens à préciser que les deux points négatifs que j’ai amener par rapport à la course figurent parmi tant de points positifs. La course à pied, comme tout autre chose, à de bons et de mauvais côtés. J’ai ressortis quelques points qui me semblent importants afin d’avoir une bonne performance de course. Je tiens à rappeler que mon but est d’améliorer l’expérience de course de tout coureur lors d’une épreuve. J’aimerais donc lire ce que vous avez à dire par rapport à mes opinions, et si vous avez d’autres points à ajouter sur les besoins d’un coureur pour une bonne performance et expérience de course, n’hésitez pas à m’en faire part.
Noëlla Koussa